Clinique vétérinaire

du Dr Bardet

Dysplasie du coude chez le chien

Le coude est une articulation complexe constituée de trois os : l’humérus au niveau du bras et le radius et l’ulna au niveau de l’avant-bras. La partie supérieure du radius est un plateau sur lequel repose l’humérus, le radius et le cubitus supportent tous les deux le poids du corps au niveau de l’avant-bras.

Chez le jeune chiot de grande race qui grandit rapidement, le développement de l’articulation peut être anormal. Cette anomalie, la dysplasie du coude, engendre des dommages des cartilages articulaires. Sans traitement, une arthrose sévère et handicapante peut apparaître. Dans la plupart des cas, cette affection est héréditaire et peut donc se transmettre à la progéniture. La dysplasie du coude peut se manifester sous différentes formes.

La fragmentation du processus coronoïde

Le coin inférieur de la partie recourbée autour de l’humérus est appelé processus coronoïde. En cas d’incongruence ou de disparité de longueur entre le radius et l’ulna, même transitoire durant cette croissance rapide, le processus coronoïde peut être lésé et se fragmenter.

Le diagnostic est souvent difficile car les lésions précoces sur des cartilages ne sont habituellement pas visibles sur une radiographie. La suspicion se fait alors grâce à un examen orthopédique minutieux. La scintigraphie et la tomodensitométrie (scanner) permettent de localiser le problème et de déterminer une incongruence visible sur les radiographies. Une arthroscopie est souvent nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Les fragments du processus coronoïde (FPC) doivent être retirés chirurgicalement pour éviter une arthrose sévère. Même avec un diagnostic et une chirurgie précoce, des lésions irréversibles peuvent parfois apparaître, rendant la progression de l’arthrose inévitable. Le but de la chirurgie est de minimiser le risque de développement de l’arthrose. Ainsi, plus la chirurgie sera précoce, moins le risque d’arthrose sera élevé. En plus de l’exérèse du cartilage endommagé, une ostectomie ulnaire de raccourcissement dynamique peut permettre de diminuer les contraintes articulaires et d’éviter la progression de l’arthrose en cas de dysplasie sévère.

Ostéochondrite Disséquante (OCD)

L’ostéochondrite est le développement anormal du cartilage conduisant à des zones ou celui-ci est plus épais que la normale. Il y a alors une séparation localisée entre le cartilage et l’os sous-jacent. Cela peut conduire à la formation d’un volet cartilagineux connu sous le nom d’ostéochondrite disséquante (OCD).

L’OCD peut-être présente dans plusieurs articulations même si le patient ne boite que d’un membre. Des radiographies des autres articulations sont donc nécessaires. L’épaule, le coude, le grasset (genou) et le jarret (cheville) sont les articulations les plus couramment atteintes.

Cette affection est généralement observée chez les chiens qui grandissent rapidement même si des chiots de plus petite taille peuvent aussi être atteints. Les régimes hyper-protéiques et hyper-caloriques et les apports minéraux excessifs, particulièrement le calcium peuvent empirer ou accélérer le développement de la maladie. Bien que le volet d’OCD puisse apparaître à la suite d’un traumatisme mineur, l’ostéochondrose est considérée d’origine héréditaire et se transmet à la progéniture.

Le volet ou les fragments libres causent des douleurs et une inflammation. Les signes cliniques s’expriment généralement à partir de 6 mois et peuvent entraîner une boiterie et une raideur de l’articulation.

Même avec un diagnostic et une chirurgie précoces, des dommages irréversibles peuvent parfois apparaître rendant l’évolution vers l’arthrose inévitable. Le but de la chirurgie est donc de réduire la douleur, surtout sur les articulations du coude, du genou et du tarse et de minimiser le risque de développer de l’arthrose.

La Non-union du Processus Anconé

La partie au sommet de la courbure de l’ulna autour de l’humérus est appelée processus anconé. Il se développe séparément du reste de l’ulna et s’unit normalement au cinquième mois.

L’incongruence ou la disparité de longueur entre le radius et l’ulna peuvent entraîner une pression sur le processus anconé empêchant ce dernier de s’unir au reste de l’ulna. Cette non-union cause des douleurs et une inflammation. Cette lésion est souvent associée à une fragmentation du processus coronoïde.

Une fixation chirurgicale du processus anconé sous arthroscopie permet d’éliminer la douleur et de minimiser la sévérité de l’arthrose secondaire. La non-union du processus coronoïde est souvent associée à la non-union du processus anconé et son exérèse évite le développement de l’arthrose. Si la non-union du processus anconé est identifiée assez tôt, avant que le processus ne soit complètement détaché, une ostéotomie (coupure de l’os) correctrice de l’ulna peut permettre de préserver une éventuelle fusion du processus anconé avec le reste de l’ulna. Cette intervention doit être réalisé sur des chiots de moins de quatre mois et demi à cinq mois.

L’Arthrose du coude

Dans les cas sévères ou non traités de dysplasie du coude l’arthrose peut se développer, ce qui se traduit par une perte de cartilage articulaire donc des douleurs dues aux frottements entre les deux os.

La douleur est aussi secondaire à la présence de fragments libres dans l’articulation (souris articulaire) et la formation d’ostéophytes (proliférations osseuses) limitant l’amplitude du mouvement du coude. La chirurgie correctrice appelée arthroplastie huméro-ulnaire utilise l’arthroscopie et vise à corriger ces dernières anomalies sans ouvrir l’articulation. Le but est de transformer un coude arthrosique invalidant en une articulation sans gêne mécanique non invalidante. Les résultats sont favorables dans 87 % des cas.

Le chirurgien vous informera de la meilleure technique pour votre animal.