Clinique vétérinaire

du Dr Bardet

Hernie discale

Entre chaque vertèbre (os de la colonne), se trouve un disque intervertébral. Ce disque est composé d’un tissu mou, appelé fibrocartilage, qui permet le mouvement et agit comme un absorbeur de choc.

Avec l’âge, ces disques se détériorent (dégénérescence des disques). Ainsi, de nombreux patients âgés peuvent montrer des signes cliniques, cependant, dans la plupart des cas, la détérioration se fait sans le moindre symptôme. Chez certaines races (teckel, bouledogue…), la détérioration est accélérée et les patients d’âge moyen peuvent présenter des signes cliniques. Deux groupes de patients sont le plus couramment atteints.

Dégénérescence de type I

Ce premier groupe est composé typiquement de chiens de petites taille âgés de trois à neuf ans. L’intérieur du disque intervertébral, le nucleus pulposus, se calcifie, se rigidifie et perd son élasticité habituelle. À l’occasion d’un léger traumatisme, ou même parfois, d’un mouvement normal, le disque peut se déchirer et le centre calcifié va alors faire hernie. Si la rupture du disque se fait sur le côté où en avant, la conséquence va être une douleur transitoire de quelques heures à quelques jours. Cela pourrait même passer inaperçue aux yeux de certains propriétaires. Cependant, si la rupture du disque se fait vers arrière et que la partie calcifiée fait saillie dans le canal vertébral, il peut comprimer la moelle épinière. Il en résulte une douleur sévère et un degré variable de paralysie. Une prise en charge immédiate est nécessaire car une paralysie permanente peut en résulter. La chirurgie est nécessaire si le traitement médicamenteux n’est pas efficace ou si les signes sont sévères d’emblée.

Dégénérescence de type II

Le second groupe de patient le plus affecté par la dégénérescence du disque est constitué de chiens de grand format entre quatre et neuf ans. Chez ces patients, la dégénérescence se traduit par une lente protrusion ou saillie du disque. La moelle épinière peut ainsi être comprimé durant plusieurs mois les symptômes évoluant graduellement et peuvent être confondus avec de l’arthrose vertébrale. Le traitement doit être commencé avant que des dommages irréversibles apparaissent sur la moelle épinière. Une fois de plus, la décision entre un traitement médicamenteux et une chirurgie dépend de la sévérité des symptômes et de la localisation de la hernie.

Rupture traumatique du disque

Des événements traumatiques majeurs peuvent aussi provoquer la déchirure de disques détériorés ou normaux. Le traitement de ces patients peut être le même que celui des deux groupes précédents. Cet état est aussi appelé embolie fibrocartilagineuse.

Diagnostic

En cas de suspicion de hernie discale à l’examen clinique, une myélographie ou un scanner est préconisé pour affirmer le diagnostic. La myélographie est une technique spécifique de radiographie par rayons X pratiquée sous anesthésie générale. Un produit de contraste est injecté autour des méninges de la moelle épinière à l’aide d’une aiguille et une prise de vue par rayon X est ensuite réalisée. Le produit de contraste permet de surligner la moelle épinière et le haut des disques intervertébraux. Cette procédure permet de localiser le disque qui fait une protrusion ou une saillie, comprimant la moelle épinière. Toutefois, cet examen n’est pas sans danger. Nous préférons utiliser le scanner qui présente les mêmes avantages sans aucun danger lié à la ponction et au produit de contraste.

Traitement

Si la chirurgie est indiquée, l’intervention dépend de la localisation de la hernie. Si le disque atteint est cervical, il est excisé du canal vertébral en passant ventralement selon une procédure appelée décompression cervicale ventrale. Si le disque affecté est lombaire, cette voie ne peut être utilisée du fait de la présence des organes abdominaux. Dans ce cas, une « hémi laminectomie » est réalisée. Une fenêtre est faite en regard de la hernie et le disque dégénéré est retiré méticuleusement afin de réduire la compression, le tout sous microscopie opératoire afin d’éviter tout traumatisme de la moelle épinière. Chez les patients avec un disque calcifié mais non encore hernié, une procédure prophylactique (préventive) appelée fenestration peut être recommandée. Dans la fenestration, une petite fenêtre est réalisée sur le côté ou l’arrière du disque calcifié. Une partie du matériel calcifié peut ainsi être enlevé, le reste, même s’il peut toujours extruder, ne pourra faire saillie dans le canal vertébral. Cette procédure ne peut cependant pas être réalisé sur tous les disques mais uniquement sur ceux qui sont considérés à haut risque.

Traitement post-opératoire et pronostic

Les patients sont généralement hospitalisés quelques jours. Ils doivent rester confinés selon les instructions du vétérinaire. En l’absence de dommages irréversibles pré-opératoires, les patients montrent une amélioration en quelques jours ou quelques semaines après la chirurgie. En cas de récupération prolongée, une physiothérapie basée sur la manipulation, l’exercice et la nage permet de retrouver la force musculaire et la coordination. Les patients peuvent montrer des améliorations dans les six mois suivants l’intervention.