Clinique vétérinaire

du Dr Bardet

Syndrome de la queue de cheval

La moelle épinière est protégée par les vertèbres dans le canal vertébral. Entre 2 vertèbres, des racines nerveuses sortent par les foramens intervertébraux et innervent les muscles et les viscères. Cependant, la moelle épinière se termine au niveau de la 6ème ou 7ème vertèbre lombaire et les racines s’infléchissent alors pour rejoindre les foramen intervertébraux prenant un aspect de queue de cheval.

Ainsi, tout phénomène entrainant un rétrécissement du canal vertébral ou des foramens (hernie discale, arthrose vertébrale, fibrose épidurale, tumeur, ostéochondrite…) peut irriter ces racines et provoquer des troubles neurologiques.

Les signes cliniques

Il sont variables et nombreux Douleurs lombaires et lombo-sacrées, difficultés à s’asseoir ou à se lever, difficultés lors du saut ou refus, boiterie d’un ou des membres postérieurs s’aggravant à l’exercice, hyperesthésie, tremblement d’un membre postérieur, paralysie de la queue, incontinence urinaire ou fécale.

Le diagnostic

Il est avant tout basé avec un examen physique, orthopédique et neurologique minutieux. Si un syndrome de queue de cheval est suspecté, une radiographie de la région lombo-sacrée est obligatoire. La myélographie (radiographie combinée à l’injection d’un produit de contraste) est également un examen intéressant mais le test le plus utile reste le scanner. Ce dernier permet une visualisation très précise de la région étudiée avec des reconstructions en 3D.

Coupe axiale au scanner montrant un rétrécissement du foramen gauche
Rétrécicément du foramen

Le traitement

Il est soit médical pour les cas les moins graves soit chirurgical.

Le traitement médicamenteux est à base d’anti-inflammatoires qui sont efficace surtout si la douleur est le principal symptôme.

Le traitement chirurgical est indiqué et lorsque les anti-inflammatoires ont échoués. Plusieurs procédures existent, le choix de la technique dépendant de la cause du problème :

- laminectomie dorsale : cette procédure consiste en une ouverture dorsale puis en l’excision du toit des vertèbres afin d’enlever le matériel discal comprimant les racines.

- décompression foraminale et facectomie : ces techniques consiste à retirer le toit de la vertèbre et les facettes articulaires ainsi que les tissus mous provoquant l’irritation des racines.

- Fusion et fixation dorsale : une distraction des vertèbres est réalisée afin d’élargir les foramen intervertébraux puis une fixée à l’aide de vis.

Le choix de la technique dépend de l’éthologie (cause du problème).