Clinique vétérinaire

du Dr Bardet

LA PROTHESE UNICONDYLAIRE DU COUDE CUE

UNE NOUVELLE ARME POUR LE TRAITEMENT DE LA DYSPLASIE DU COUDE

Maladie du compartiment médial du coude

La dysplasie du coude est une affection commune chez le chien et la fragmentation du processus coronoïde en est la manifestation la plus commune. Certains chiens atteints de fragmentation du processus coronoïde (FPC) présentent aussi une dégradation sévère du cartilage articulaire du condyle huméral médial qu’il y ait ou pas une FPC. Chez certains patients, il existe une perte totale du cartilage articulaire du processus coronoïde et de la trochlée humérale, voir une éburnation (photo). Malgré cette atteinte sévère du compartiment médial du coude, le compartiment latéral est totalement préservé avec des cartilages articulaires normaux. Il est maintenant accepté que toutes les affections du compartiment médial du coude telles que la FPC et l’ostéochondrose soient classées sous l’entité de maladie du compartiment médial du coude.

photo 1

Choix du traitement de la maladie du compartiment médial du coude

De nombreux traitements sont décrits ou en cours d’investigation pour le traitement de la maladie du compartiment médial du coude. Ces traitements comprennent les solutions non chirurgicales, l’arthroscopie, l’irrigation et le parage, la coronoïdectomie subtotale, la prothèse totale du coude et les ostéotomies de décharge qu’elles soient humérales ou ulnaires. Parmi les traitements non chirurgicaux, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, le plasma riche en plaquettes (ACP) et les cellules souches sont plus communément utilisées. Du fait de l’atteinte spécifique du compartiment médial du coude et de la préservation du compartiment latéral, une prothèse unicondylaire a été développée afin de respecter les caractéristiques physiologiques du coude et de diminuer les problèmes postopératoires de luxation, de fracture, de fracture d’implants et de complications catastrophiques postopératoires observées pour les prothèses totales du coude actuellement utilisées. La prothèse unicondylaire permet la préservation des tissus mous et les ligaments collatéraux ainsi que les structures osseuses.

photo 2

Présentation de la prothèse unicondylaire du coude CUE et technique opératoire

La prothèse CUE est une prothèse métal sur polyéthylène avec la prothèse humérale métallique et le compartiment ulnaire en polyéthylène (photo). Le compartiment huméral est composé d’une surface articulaire en cobalt chrome attaché à une base Biosync en titane permettant l’intégration osseuse. Ce compartiment huméral a une forme de figure en 8 et son arc de courbure est celle du condyle huméral qu’il remplace. Le compartiment ulnaire consiste en une structure en polyéthylène ou mixte polyéthylène et Biosync ostéointégrable (photo).

La technique chirurgicale utilise un abord médial du coude qui est subluxé, ce qui permet d’exposer les surfaces articulaires (photo). Le processus coronoïde médial est ensuite préparé pour la pose de l’implant en polyéthylène. Le condyle huméral est ensuite préparé à l’aide d’instruments spécifiques et le compartiment médial est impacté (photo). La voie d’abord est ensuite suturée. Les soins postopératoires exigent une immobilisation de six à huit semaines et une reprise de l’activité après 10 semaines. La récupération optimale est observée quatre à six mois après l’intervention.

photo 3

Résultats et conclusions

A ce jour, 160 prothèses du coude unicondylaires ont été suivies avec un recul postopératoire de six ans au maximum. Les radiographies postopératoires permettent de mettre en évidence l’implant huméral correctement positionné sur le condyle huméral médial (photo). L’implant ulnaire est repérable grâce au marqueur métallique intégré. Les résultats fonctionnels témoignent d’un taux de succès de 91 %. Ces résultats, basés sur une étude multicentrique, sont très encourageants. Comme pour toute prothèse, les indications de la prothèse CUE sont les chiens atteints de maladie du compartimental médial chez lesquels les traitements conventionnels ne permettent pas la résolution de la boiterie. Cette prothèse peu invasive est une technique salvatrice préservant les structures anatomiques du coude et évitant les complications catastrophiques de la prothèse totale du coude. La simplicité de la prothèse est aussi un élément primordial, ce qui la rend abordable.

photo 4